Interventions de l’APIC

Conférences et participations de l’APIC

Le travail en représentations

Journée d’étude en ligne, 28 mai 2021
Le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris et le musée Camille Claudel de Nogent-sur-Seine organisent deux journées d’étude à l’occasion de l’exposition Les Sculpteurs du travail : Meunier, Dalou, Rodin… au musée Camille Claudel (exposition prolongée jusqu’au 12 septembre 2021).
Elles réuniront historiens de l’art et conservateurs de musées autour du thème de la représentation du travail en sculpture et plus généralement dans les arts visuels, les arts décoratifs ou encore l’architecture.

La conférence donnée par Christel Werny est reportée au dimanche 12 septembre 2021 en clôture de l’exposition, au musée Camille Claudel à Nogent-sur-Seine, en présence du public, souhaitons-le.


Affiche de l’exposition (extrait) – © musée Camille Claudel

Nouveaux Regards sur Charleville : Histoire, Population et Territoire (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque à Charleville-Mézières, 28-29 mai 2021
Un second rendez-vous scientifique international, organisé par le Centre Roland Mousnier de Sorbonne-Université, l’Université d’Artois, le Centre National de la Recherche Scientifique et la Société d’Histoire des Ardennes, aura pour but de proposer un nouveau point d’étape sur ce projet et de mettre en lumière les travaux innovants qui se focalisent actuellement sur l’histoire de la cité ardennaise, dans une perspective de longue durée et à travers de multiples domaines de recherche. Il s’agira également de mettre en valeur et d’exploiter des sources qui, pour être dispersées dans différents fonds d’archives européens, n’en ont pas moins trait à l’histoire de la cité et de son fondateur.
Cette rencontre est ouverte aux chercheurs de tous horizons, professionnels et amateurs, débutants et confirmés, les carolomacériens et les autres.

Les échanges enregistrés seront consultables sur le site internet Connexions carolopolitaines :
http://crm-umr8596.huma-num.fr/Charleville/

Brochure du colloque (réalisation Benoît Pandolfi, aquarelle « Charles de Gonzague à Charleville » de Cécile Alexandre, 2020)

Les métamorphoses de la distribution de la fin du XIXe siècle à nos jours : l’entreprise Casino au miroir de la branche à l’échelle internationale

Colloque à Saint-Étienne, initialement annoncé en novembre 2020, reporté…
L’APIC a proposé une communication que donnera Maryse Baudson, s’appuyant sur l’histoire des Docks Rémois : le détournement d’un projet mutualiste et une stratégie dynamique d’expansion aboutissent à la naissance d’un géant du succursalisme, une entreprise qui étend son aire de distribution à tout le Nord de la France.

Un des bâtiments des docks rémois en 2020
Cliché APIC

Reconvertir le patrimoine industriel : le cas de Troyes

Conférence donnée par Gracia Dorel-Ferré le 7 octobre 2020 à 18h00 à la Maison du Patrimoine, 3 rue Jean-Jacques-Rousseau, Saint-Julien-les-Villas.
Troyes a connu une désindustrialisation tardive, comparée aux autres sites du textile de la Champagne-Ardenne. Les usines désertées ont alors été rapidement reconverties à d’autres fins, faisant de la ville un des exemples majeurs de la réhabilitation du patrimoine industriel en France.
Au-delà du cas troyen, les reconversions du patrimoine issu des siècles de l’industrie posent des questions essentielles : n’a-t-on pas le plus souvent sacrifié la mémoire historique sur l’autel de la rentabilité ? Le passé est-il encore lisible, compréhensible ? Le nouveau pittoresque qui émane de ces reconversions ne signe-t-il pas la fin de l’identité urbaine sur laquelle s’était construite la ville industrielle, aux XIXe et XXe siècles ? Ne faut-il pas faire appel à tout un ensemble de témoignages issus des siècles de l’industrie pour recréer le passé et lui donner tout son sens ?

Troyes, Rue Courtalon
Cliché APIC

Le travail à domicile en système industriel, Troyes et sa région

Conférence donnée par Gracia Dorel-Ferré à Troyes le 5 octobre 2020 à 19h à l’auditorium du musée d’art moderne, 14 Place Saint-Pierre.
L’expérience récente du télétravail a remis les projecteurs sur le travail à domicile, ses facettes et ses variantes. Il constitue l’essentiel de la production de biens transformés avant l’industrialisation, qu’ils soient textiles, verriers miniers ou mécaniques. Dans le textile, les négociants préféraient de beaucoup la « manufacture dispersée » moins chère et plus docile à la « manufacture concentrée » que seules des installations de machines couteuses pouvaient justifier. Cependant, le travail industriel n’a pas eu pour effet de voir disparaître le travail à domicile, tout au contraire. Tantôt variable d’ajustement pour les grandes usines, tantôt lieu de production de petites séries, l’atelier de bonneterie de Troyes et sa région illustre l’existence du travail à domicile en système industriel, dans laquelle la firme DD avait cru voir la preuve de son succès. Son expérience, tardive, puisqu’elle se situe au XXe siècle, est une tentative unique mais finalement irréalisable de marier l’usine moderne et le travail à domicile traditionnel.

Atelier de bonneterie à Estissac (Aube)
Collection particulière

Hommage à Louis Bergeron

Ce dossier « Mémoires de Louis Bergeron » rappelle les conférences organisées par le CILAC, dont nous sommes membres, en hommage au fondateur du patrimoine industriel en France, en octobre 2015 et décembre 2016.
Documents téléchargeables :

Affiche des rencontres
« Hommage à Louis Bergeron »